18/07/2003

meurtri

"Et de même que je rêve, je raisonne si je le veux, parce que ce n’est là en somme qu’une autre façon de rêver.

Prince d’heures plus fortunées, je fus jadis ta princesse, et nous nous sommes aimés d’un amour d’une sorte différente, dont le souvenir me laisse encore meurtri."

Fernando Pessoa, « Le livre de l’intranquilité », t. 2.

21:35 Écrit par jibi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

c'est beau bien que je ne comprenne pas tout

Écrit par : francine | 19/07/2003

Les commentaires sont fermés.