29/02/2004

Contrefaçon

" Il peut nous arriver, dans la vie, de passer une nuit à l'hôtel Zuari. Sur le moment, il est possible que nous ne trouvions pas la chose particulièrement agréable; mais dans le souvenir, comme toujours dans les souvenirs, une fois éliminées les sensations physiques immédiates, les odeurs, la couleur, la vue de telle bestiole sous le lavabo, l'événement s'entoure d'un certain flou qui embellit l'image. La réalité passée est toujours moins mauvaise qu'elle ne le fut effectivement: la mémoire est une formidable faussaire."



Antonio Tabucchi, "Nocturne indien", 10/18 domaine étranger

17:12 Écrit par jibi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.