11/03/2004

chansonnette

J'adore pousser la chansonnette.
Certains aiment, d'autres ne supportent pas.
Entre nous, cela ne me tracasse pas.
J'aime bien me réfugier dans les standards sirupeux de mon enfance, ces chansons glauques dans leur réalisme d'assommoir.
Cela vient comme cela, sans crier gare, et tout y passe, et tout s'y retrouve, haché par mes pertes de mémoires ou savamment arrangé par l'ajout de rimes audacieuses dont je reste le seul à apprécier la portée de la trahison.
J'aime le désuet et le funeste de leur devenir, le « croquignolesque » (oserais-je le "grand guinolesque"?) caractérisant leur état brut.
Cependant, toujours se manifeste l'interrogation illusoire: dans dix ans, aurais-je renouveler mes standards ? Vais-je me vautrer dans ces valeurs sûres ou vais-je tenter de réhabiliter d'une crédibilité vaseuse ces pousseurs de chansonnettes contemporains qui tentent de poluer mes songes de leur sérieux pathétisme ?
L'avant était le bon moment, à présent, à l'écoute des nouvelles rengaines, la nausée me monte. Cette nausée de fins de soirées passées, accoudé au bar, que l'on prolonge parce qu'on n'a pas envie de se retrouver face à la blanche faïence dans une maisonnée vide de toute humaine présence, quand, aseptisé de toutes émotions, la main posée sur le bord, suffoquant d'une déjection de bile résiduelle, le souffle court, "on jure jurant, mais un peu tard, qu'on ne s'y reprendra plus".
Vraiment, j'aime bien pousser la chansonnette. Reste à espérer que les nouveaux futurs voisins aimeront autant...

10:07 Écrit par jibi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

. j'ai une préférence particulière pour l'été"l'été indien"
que je massacre allègrement pour séduire ma promise.

Écrit par : jerome | 11/03/2004

... j'ai comme une sensation de "déjà vécu", jerome... :-)
cela m'amuse beaucoup! Je vois que le grand Joe, participe aussi à la communion savoureuse de votre couple! ;-)

Écrit par : jibi | 11/03/2004

Chabadabada Tu sais quoi?Moi c'est le matin au réveil que ça me chatouille les cordes vocales : "les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics", "à la queueleuleu", "le sifflet des copains", ou même "la p'tite lady"...!!!
Et alors plus c'est débile, plus c'est ancré dans une mémoire que tu ne pensais même pas avoir, et plus ça te colle à la langue toute la journée!!
Evidemment, je l'avoue, pour nourrir mon vice, j'écoute 'Nostalgie"...
Et j'entends les quolibets de mon entourage "tiens, c'est vrai que Nostalgie passe encore des 33 tours?" etc...
Sans parler de "chérie fm"....
Ben quoi??

Écrit par : chouchou | 11/03/2004

... la la la la la la la...moi opr l'instant c'est la chanson julien clerc "ma préférence à moi..." version poelvoorde que j'ai en tête et j'arrive pas à m'en défaire ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayer. sinon, pour ne pas passer une fin de soirée nauséabonde, je pense qu'il n'y a rien de tel que les années 80 pour mettre l'ambiance... "ils m'entraient au bout de la nuit, les démons de minuit..."

Bonne journée à tous

Écrit par : englishbob | 12/03/2004

Eh bien, pour ma part... Dans mes classiques, on retrouve le grand Joe (avec une préférence pour cette chanson trop peu connue s'intitulant "les Jardins du Luxembourg", dont je ne connais, en outre, que l'air et quelques phrases qui me suffisent néanmoins, amplement, pour tenir une petite dizaine de minutes), Patricia Carli et son "Demain, tu te maries", Demis Roussos qui a tendance à revenir dans le tiercé gagnant ces derniers temps avec "Quand je t'aime" (dont, paraît-il, je maîtrise particulièrement bien les envolées lyriques et la "chorégraphie" [je m'autorise les guillemets])...
Evidement, comment passer à côté de Christophe (qui reste le plus indémodable), et quelques ovnis dans le genre Pipokas, "Maman j'ai peur" (à découvrir), Esther Galil, "je t'aime à mort" (dont le titre me revient mais jamais la chanson), et autre Christian Adam, "Tu sais si bien dire je t'aime"...
Ceci dit, j'évite, pour ma part d'écouter les radios nostalgiquement chéries: je connais ma mémoire et le vice qu'elle dissimule (les résurgences intempestives apparaissant, généralement, au plus mauvais moments)...
J'orienterais, quand à moi, Barbara, mes recherches vers les années septantes (beaucoup moins courrues aujourd'hui) qui recèlent d'inénarables perles dont l'éclat sonore scintille, à leur écoute, en mon regard ému... ;-))

Écrit par : jibi | 12/03/2004

Ahhhhhhh... C'est qui ta promise Jérome ???? ( /me est curieuse ) tssssss et l'été indien ...!!! pfffffft!!

Bon, moi c'st l'aigle noir de Barbara ... pourquoi ?? ... ça vous regarde ? nan mais oh!

Écrit par : BloodFlowers | 12/03/2004

Les commentaires sont fermés.